Logo Harmonie HeroesHarmonie Mutuelle
Harmonie Heroes : Mission HandicapHarmonie Mutuelle
Harmonie Heroes : Mission Handicap Harmonie Mutuelle

Aviron

Perle BOUGE

Perle BOUGE

41 ans et originaire de Rennes A l’âge de 19 ans, circulant à moto, elle se fait renverser par une voiture et devient paraplégique. Après avoir fait partie de l’équipe de France de basket fauteuil de 2001 à 2010, elle décide de s’initier à l’aviron, avec succès puisqu’elle est quatre fois vice-championne du monde puis médaillée d’argent aux Jeux paralympiques de Londres 2012 et de bronze à Rio en 2016. Elle fait également partie de la commission des athlètes Paris 2024.

la video de l'episode

L'interview

Comment s’est passé le tournage Perle ?

Je trouve ça génial qu’Alain Bernard soit venu découvrir l’aviron. Il s’est réellement pris au jeu ! Avoir un champion parmi nous sur ce tournage c’était un réel honneur, je suis un peu émue. Alain était décontracté et il donne une belle image des athlètes de haut niveau. C’est souvent la chose dont on a peur mais au final il a été très accessible et a joué le jeu. D’un autre côté, on sentait le compétiteur : ça l’énervait de ne pas réussir ! C’est chouette car même si aujourd’hui il a arrêté de pratiquer, ça reste un sportif dans l’âme et il avait envie de se prouver et de prouver aux autres qu’il était capable de le faire.

Je trouve ça super que des athlètes comme Alain s’intéressent au sport paralympique. Il a dit « avoir pratiqué un sport et c’est ce qu’il faut retenir aujourd’hui : on était tous là pour faire du sport.

Comment as-tu vécu ton rôle de coach ?

On a pu parler technique mais c’est vrai qu’on se rend compte que ce n’est pas facile de transmettre. Pour nous c’est une habitude, on fait nos mouvements sans se poser de questions. Là, il fallait réfléchir pour essayer de le mettre le plus à l’aise possible mais aussi le faire progresser, car le but était qu’il se fasse un minimum plaisir entre les débuts et la sortie.

Est-ce que c'est compliqué de concilier vie pro et vie perso ?

Je fais ce sport pour le plaisir et la passion. A mes yeux ce n’est pas un sacrifice, c’est juste un choix de vie de faire du haut niveau. Donc j’essaie d’adapter mes entrainements soit le matin, soit le midi, soit le soir. J’ai la chance d’avoir un détachement professionnel une partie de mon temps pour me permettre de participer aux stages et aux compétitions. Donc on ramène des médailles mais c’est aussi grâce aux employeurs, à la famille, aux entraineurs qui nous soutiennent et nous aident à mener à bien nos projets. Tout est une question d’organisation. Quand je monte sur mon bateau, je me libère de mon stress quotidien et ça me permet de garder un juste équilibre.

Nos partenaires

Crédits photos :

Saison 1 : @N.Götz/velobs